LE  COOKE (2)


1410 - Les obligations du Manuscrit Cooke


• Tout maître doit être compétent et loyal envers le seigneur qu’il sert, disposer de ses biens loyalement com­me il le ferait des siens propres.


• Aucun maître ne prendra d’apprenti pour une durée inférieure à sept années, parce que celui qui aurait un service plus court ne serait pas à la hauteur de son art.


• Aucun maître ne prendra d’apprenti, né de sang servile, car le seigneur, à qui il est asservi, l’enlèverait à notre métier et l’emmènerait avec lui hors de la loge.


• Aucun maître ne donnera plus qu’il ne mérite à son apprenti pendant son apprentissage, afin d’en tirer profit, ni pas assez pour que le seigneur du chantier où il travaille puisse tirer lui-même profit de sa formation.


• Aucun maître, par avarice ou âpreté au gain, ne prendra d’apprenti qui soit difforme, c’est-à-dire ayant quelque défaut qui l’empêche de travailler comme il le devrait.


• Aucun maître ne devra en supplanter un autre car il est dit, en Maçonnerie, que nul ne finirait aussi bien un travail entrepris par un autre, à l’avantage de son seigneur.


• Celui qui entend embrasser l’art en question, doit d’abord aimer Dieu et la Sainte Église, et tous les saints, et son maître et ses compagnons comme ses propres frères.


• Il doit accomplir loyalement son travail de la journée pour lequel il reçoit son salaire.


• Il doit tenir secret l’avis de ses compagnons en loge, ou en chambre, et partout où les maçons se retrouvent.


• Il ne doit pas convoiter la femme, ni la fille, de ses maîtres, ni de ses compagnons ; ni entretenir de concubine.

----------

© Guy Chassagnard 2019